Cet article décrit les principales difficultés rencontrées dans les relations professionnelles avec des Chinois. La plupart de ces points sont également détaillés dans des articles dédiés.

En complément des autres articles consacrés au pragmatisme chinois, voici un petit conte illustrant nos différences d'attitude face à l'action. Bien sur, le trait est un peu forcé, mais cette caricature peut nous être utile pour cerner les grandes lignes de nos caractères respectifs.

Ce conte est en quelque sorte une extension du célèbre proverbe chinois 摸着石头过河 : "traverser la rivière en tâtonnant pierre à pierre".

De loin, la Chine semble être un régime autoritaire, avec une loi très dure et très stricte.

De près, ou de l'intérieur, on constate que le régime est effectivement dur, contrôle beaucoup et ne transige pas sur les aspects liés à la politique et au pouvoir.

Mais pour le reste, il existe d'importantes zones de flou, qui laissent aux individus ou aux entreprises une certaine marge de manœuvre dans leurs activités.

Le contact avec la culture chinoise m'a ouvert les yeux auquel je n'avais jamais prêté attention jusque là : les Chinois raisonnent en termes de devoir, les Français raisonnent en termes de droits. 

Le Cartésianisme est sans doute tellement ancré dans nos mentalités que nous n'y pretons plus attention. La rencontre interculturelle entre Asie et Europe dans un bureau d'étude ou dans une usine peut s'avérer riche en enseignements...

 

Traduire sa marque ou le nom de son entreprise en Chinois est tout un art. C'est en règle générale un exercice souvent délicat, mais qui s'avère aussi amusant. Bien que cela soit difficile à quantifier, il est reconnu que cette traduction, selon qu'elle est heureuse ou malheureuse, peut avoir un impact relativement important sur le succès des affaires en Chine.